Vous êtes ici : Accueil > Toutes les actualités > Faux départ pour la saison de pâturage

Faux départ pour la saison de pâturage

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Cette année encore nous vous proposons de suivre ensemble chaque semaine la croissance de l’herbe en Normandie et comprendre comment valoriser aux mieux l’herbe pâturée.

Un suivi de grande ampleur

Pour cette nouvelle année l’observatoire sera composé d’un réseau de 32 exploitations réparties sur l’ensemble de la Normandie.

Les partenaires impliqués restent inchangés à savoir Littoral Normand, Elvup, INRA, les lycées agricoles et la Chambre d’agriculture. Davantage d’éleveurs ont également pris part au réseau en mesurant eux même rigoureusement l’herbe de leurs pâtures.

Le réseau se veut le plus représentatif de la région avec 7 à 9 sites par département hormis l’Eure où les prairies sont nettement moins présentes. Les niveaux de  production sont compris entre 4 000 à 10 000 litres de lait par vache, les chargements de pâturage de 15 à plus de 45 ares par vache, enfin les pluviométries vont de moins de 700 à plus de 1 100 mm/an.

Si la majorité des exploitations sont laitières quatre produisent de la viande bovine et une élève des moutons.

Un hiver peu marqué

De manière générale l’hiver a été clément et a permis à de nombreux troupeaux de ne rentrer que fin novembre voir décembre. Le regain d’automne est apparu tardivement. Outre les économies de fourrage, cela a permis de limiter la quantité d’herbe sur pied durant l’hiver ce qui favorisera la repousse au printemps.

Et un printemps précoce ?

Les conditions météo du mois de février, parfois digne d’un mois de juin, ont permis à de nombreux éleveurs de sortir les animaux. Toutefois ce fut dans de nombreux cas un faux départ  et les vaches ont souvent dû rentrer en stabulation début mars. Actuellement, les troupeaux qui pâturent ont encore une distribution de fourrage conséquente proche de 100% des besoins. Pour les sites mesurés, le stock d’herbe disponible dans les parcelles permet 6 jours d’avance au pâturage sans distribution de fourrages conservés (soit 100 kgMS/VL) et 49 jours avec la ration actuelle. Un compromis existe donc et il s’agit d’engager dès maintenant les transitions alimentaires en permettant aux vaches l’ingestion de 4-5 kg de matières sèche d’herbe pâturée. Cela permettra d’être prêt pour le vrai départ que l’on peut espérer dans les prochaines semaines. Sans cela, certaines parcelles doivent d’ores et déjà être retirées du circuit de pâturage et prévues à la fauche.  Les conditions météo des jours à venir sont bonnes, dès que possible sortez vos vaches si ce n’est déjà fait.

Toute l’équipe de l’OCH vous souhaite une belle saison de pâturage et de l’herbe en quantité et qualité

Témoignage

EARL DU POIRIER - Le Loreur (50) - Laurent Deguelle

65 VL dont 90% normandes à 7200 kg standard avec une accessibilité de 26 ha de pâture et fauche, soit 40 ares/VL, avec une reprise de 10 ha de prairies.

La pâture s’est terminée début décembre 2018, pour une remise à l’herbe précoce le 25 février 2019, avec une bonne qualité de pâturage. Un apport d’engrais  de 26 unités d’azote  a été réalisé vers le 20/02/19. Les giboulées de mars perturbent le pâturage, et donc le stock d’herbe sera fauché en ensilage .Cette année, il y a une augmentation de la surface accessible de 15 ares /vl, ce qui va permettre d’améliorer la qualité de l’herbe pâturée durant toute la saison  et d’augmenter la production de lait.

Cela favorisera  la diminution de la part d’ensilage maïs dans la ration  avec une ingestion autour de 3 à 4 kg de MS , donc une économie sur les stocks ensilés, de faire des stocks plus conséquents en ensilage d’herbe et en enrubannage  et d’économiser sur la quantité de concentrés distribués. De plus, cette augmentation d’accès au pâturage permettra de combler la baisse de la pousse estivale de l’herbe.

Fabien OLIVIER - Chambre d’agriculture de Normandie - Coordinateur de l’OCH